Château de Quéribus

Mentionné pour la première fois en 1020, il fit partie du Besalú, puis de Barcelone et, en 1162, de la Maison d'Aragon. Lors de la Croisade contre les Albigeois, le château était gouverné par Chabert de Barbaira, jusqu'en 1255, date de sa reddition. Il accueillit de nombreux hérétiques et chevaliers faydits, dont Benoît de Termes, évêque du Razès. . En 1255, onze ans après Montségur, ce bastion de la résistance cathare tomba aux mains des Français. Le traité des Pyrénées (1659) rattachant le Roussillon à la France, la citadelle devint forteresse royale.

Excellent exemple d'architecture militaire, le château est réputé pour son donjon polygonal et sa salle de style gothique primitif dont la voûte repose sur un puissant pilier circulaire s'épanouissant en palmier. Un escalier à vis dessert une terrasse (perchée à 728 mètres) sur le donjon.


1 2 3 4

Photos 1 à 4 : Vues du château, avec ses trois enceintes étagées et dont le donjon culmine à 728 m.




5 6 7

Photo 5 : enceinte extérieure.
Photo 6 : Poterne d'accès au château.
Photo 7 : Salle du pilier, vue de l'extérieur, avec sa fenêtre à meneaux. (Voir intérieur, page suivante).

D'autres photos de Querebus page suivante